Dietrich Fischer, un homme de paix (22/10/2015)

dfischer.jpgCertains êtres ont la capacité de marquer par leur bonté l’existence des autres. Prof. Dietrich Fischer, qui vient de nous quitter dimanche passé, était de ceux-là.

Dieter, que j’ai eu la chance de connaitre depuis une dizaine d’années, était une leçon vivante d’humilité. Totalement dévoué à la non-violence et engagé dans la formation des promoteurs de la paix, il y mettait de son énergie, son temps et son argent, et surtout de son intelligence, son humour et sa compassion.

Dietrich Fischer est né en 1941 à Münsingen. Licencié en mathématiques de l’Université de Berne en 1968, il a obtenu un Master en 1971, puis un doctorat en 1976 dans de domaine de l’informatique à l’Université de New York.

Pendant près de trois décennies (1976-2003), il a enseigné aux universités de New York, Princeton et Pace, aux Etats-Unis, des sujets aussi variés que les sciences économiques, l’informatique et les études de paix et de sécurité.

Spécialiste de l’économie du désarmement, il s’est intéressé en particulier à la question de la puissance militaire et a étudié le modèle suisse de puissance défensive sans intention ni capacité d’attaquer les autres.

De 2003 à 2009, il a été directeur académique du « European University Center for Peace Studies » à Stadtschlaining en Autriche, puis de 2010 à 2013 de la « World Peace Academy » à Bâle. Il était membre du Conseil de « Transcend, Peace, Development, Environment Network ».

Dietrich Fischer a été consultant auprès de plusieurs agences onusiennes sur des questions de désarmement et développement, et l’auteur ou co-auteur de nombreuses contributions, dont « Preventing War in the Nuclear Age » (1984), « Nonmilitary Aspects of Security: A Systems Approach » (1993), « Warfare and Welfare: Integrating Security Policy into Socio-Economic Policy » (avec Jan Tinbergen, 1987), « Winning Peace: Strategies and Ethics for a Nuclear-Free World » (avec Wilhelm Nolte and Jan Oberg, 1989), « Conditions of Peace: An Inquiry » (avec Grace Boggs, et al., 1991). « Peace Mathematics » (avec Johan Galtung, 2012) et « Stories to Inspire You » (avec Altynai Baihodjoeva, 2013).

Dietrich Fischer a influencé des centaines d’acteurs de paix à travers le monde. Toute une communauté de médiateurs, active dans une multitude de conflits. Il a porté la voix de la Suisse plus fort et plus loin que mille bureaucrates de la paix.

Cher Dieter, ton corps nous a quittés, mais tes qualités de maitre, de collègue et d’ami continueront à insuffler l’énergie et l’espérance dans les cœurs de celles et ceux qui t’ont connu.

Abbas Aroua
Directeur de la Fondation Cordoue de Genève
22 octobre 2015

19:13 | Lien permanent | Commentaires (1)