31/08/2016

L’Europe divisée face à la question de la laïcité : quelles conséquences sur le lien entre le religieux et le politique ?

Le Conseil d’Etat a finalement rejeté l’arrêt anti-burkini de Villeneuve Loubaix le vendredi 26 août, invalidant ainsi la décision du tribunal administratif de Nice du 22 août dernier interdisant cette tenue de bain. Manuel Valls qui avait, a plusieurs reprises, assuré son soutien aux mesures anti-burkini se retrouve à présent isolé à Gauche. Il maintient cependant que le débat doit se poursuivre. Le premier ministre a en effet annoncé sur son compte Facebook, peu après la décision prise par le Conseil d’Etat, que « cette ordonnance (..) n'épuise pas le débat qui s'est ouvert dans notre société sur la question du burkini. Ce débat n'est pas anodin. C'est un débat de fond ». En réponse à Najat Vallaux Belkacem, ministre de l’enseignement qui a souligné les dérives d’un tel débat notamment pour la cohésion sociale, il déclara également que « dénoncer le burkini, ce n'est en aucun cas mettre en cause une liberté individuelle. Il n'y a pas de liberté qui enferme les femmes ! C'est dénoncer un islamisme mortifère, rétrograde ».


Ces déclarations politiques et la multiplication des actes islamophobes qui se sont produis en France suite à la naissance de cette polémique ont choqué l’opinion européenne et les réactions outre-Atlantique ont été nombreuses. Selon the New York Times, le burkini serait perçu comme une menace à l’identité « à la française » alors que, selon ce quotidien, « forcer l’assimilation » ne ferait que renforcer les pratiques « communautaristes » plutôt que les contenir. Le Chicago Tribune rapporte quant à lui les propos de Marwan Muhammad, directeur exécutif du centre contre l’islamophobie en France, postulant que le burkini est plus un marqueur de libération que d’oppression car il permet l’entrée de la femme dans l’espace public et notamment dans des espaces auparavant perçus comme menaçant l’intégrité féminine. Hervé Lavasse, Secrétaire de la Ligue des Droits Humains pour la région Cannes Grasse, cité par The Guardian, remet quant à lui la question de la laïcité au cœur du débat en soulignant que cette dernière devrait garantir à tous les citoyens à la fois la liberté de conscience et la liberté religieuse.

Aborder la question du voile et de ses interdictions est difficilement géré par les médias. En témoigne deux articles parus dans Le Temps, l’un questionnant la légitimité du débat actuel autour du burkini alors que le deuxième adopte une démarche que l’on pourrait qualifier de pédagogique en présentant aux lecteurs un aperçu « en trois minutes » des différents types de voile. Dans son émission 28 minutes, Arte souligne le danger de focaliser le débat sur cette question qui s’est notamment envenimé à la suite de déclarations politiques pouvant être qualifiées de critiquables. La déclaration de Jean Pierre Chevènement demandant aux musulmans de France plus de « discrétion » a en effet été relayée par les médias du monde entier et suscité de vives réactions. Marine Le Pen, leader du mouvement Front National, a notamment exprimé son « dégout » pour un tel vêtement sur des plages qui, selon elle, sont celles de « Bardot et Vadim », en référence au film Et Dieu Créa la Femme (1956).

A ce propos, le sociologue et historien Jean Baubérot, spécialiste de la laïcité, déclara récemment à la Radio Télévision Suisse (RTS) qu’il est important que la France trouve enfin un équilibre entre liberté de conscience et liberté dans l’espace public car la laïcité doit permettre et faciliter la coexistence. Il précisa également que la crispation européenne sur la question de la laïcité - de récentes mesures ont été prises à ce sujet en Allemagne et en Suisse notamment - est plus dû à une « peur de l’autre », que les citoyens européens se doivent de surmonter, qu’à un rejet de la laïcité en tant que telle. Selon lui en effet, la laïcité serait en péril à partir du moment où elle deviendrait elle-même « autoritaire » ou « contre religion ».

Le débat ne se cantonnerait pas à une simple définition de la laïcité mais s’étendrait à la relation large entre le politique et le religieux, ou autrement dit entre la sphère de « l’action et de la violence » et celle des « métasymboles » ou « grands symboles ». En effet, dans leur article questionnant la relation entre le politique et le religieux, Alain Caillet et Marcel Gauchet propose une analyse faisant raisonnance avec l’actualité.

Alors que selon le premier le politico-religieux est une entité à par entière, le second distingue le religieux du politique en les analysant toutefois à travers une relation en miroir. Le politique serait issu, selon Marcel Gauchet, d’une relation triangulaire entre pouvoir, conflit et norme et le religieux est décrit par Alain Caillet comme « un moment du rapport des symboles à leur alterité et au symbolique en tant que tel ». Considérant ainsi que le religieux se construit à la fois à travers l’altérité et le politique - en effet selon Marcel Gauchet « le religieux ne devient pleinement intélligible qu’à partir de son application au politique » - la crise actuelle que traverse aujourd’hui la France et plus largement l’Europe, pourrait ainsi être percu comme une réinstitutionalisation du politique et du religieux. Cette dernière passerait par la redéfinition à la fois du symbole et de la norme qui aboutirait à une situation de « dissonance » mettant en péril l’alliance et la paix. Il semblerait donc que « la sortie de la religion » et la « disparition du « politico religieux » » - étant selon Alain Caillet « la capacité de la société à s’instituer comme telle, dans ses limites symboliques, en rapport avec une extériorité et une altérité - ne soit pas encore d’actualité. Au sein de cette relation institutionalisante, le politique ne remplirait plus son rôle de pacification par « l’aplanissement des différents entre humains » sensé produire un effet de justice et de justesse.

Sarah Franck
31 août 2016


Liens et articles pour plus d’informations :

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/08/27/25002-20160827ARTFIG00074-burkini-isole-a-gauche-manuel-valls-veut-que-le-debat-perdure.php
http://www.huffingtonpost.fr/2016/08/26/manuel-valls-burkini-post-facebook_n_11725740.html
http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/26/le-conseil-d-etat-suspend-l-arrete-anti-burkini-de-villeneuve-loubet_4988472_3224.html
http://www.huffingtonpost.fr/2016/08/22/burkini-tribunal-interdiction-villeneuve-loubet_n_11652740.html
http://www.nytimes.com/2016/08/19/world/europe/frances-burkini-bans-are-about-more-than-religion-or-clothing.html
http://www.chicagotribune.com/news/opinion/chapman/ct-burkini-france-swimsuit-ban-muslim-perspec-20160819-column.html
https://www.letemps.ch/monde/2016/08/22/burqa-hijab-difference-entre-voiles-expliquee-trois-minutes
https://www.letemps.ch/opinions/2016/08/12/interdire-burqa-un-debat-piege
http://sites.arte.tv/28minutes/fr/maren-ade-polemique-autour-des-signes-religieux-une-nouvelle-atteinte-la-laicite-28minutesa
http://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/pourquoi-leurope-se-crispe-t-elle-au-sujet-de-la-lacite?id=7937034a
https://foreignpolicy.com/2016/08/23/brigitte-bardot-vs-the-burkini-france-burqini-ban/?utm_source=Sailthru&utm_medium=email&utm_campaign=New%20Campaign&utm_term=%2AEditors%20Picks
http://arretsurinfo.ch/burkini-le-choc-des-civilisations-a-lheure-du-pastis-par-bruno-guigue/
https://francais.rt.com/opinions/25374-antiracistes-islamophobes-meme-combat

Caillé Alain, « Le politico-religieux. Dix-sept (plus une) thèses embryonnaires écrites dans un esprit», Revue du MAUSS 1/2002 (no 19) , p. 304-308
URL : www.cairn.info/revue-du-mauss-2002-1-page-304.htm.
DOI : 10.3917/rdm.019.0304.

Caillé Alain, « Nouvelles thèses sur la religion », Revue du MAUSS 2/2003 (no 22) , p. 318-327
URL : www.cairn.info/revue-du-mauss-2003-2-page-318.htm.

Gauchet Marcel, « Le politique et la religion. Douze propositions en réponse à Alain Caillé », Revue du MAUSS 2/2003 (no 22) , p. 328-333
URL : www.cairn.info/revue-du-mauss-2003-2-page-328.htm.

Les commentaires sont fermés.