27/04/2016

Le sommet de l'OCI manque sa cible

Les 14 et 15 avril derniers s'est tenu à Istanbul le 13ème sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI). Son titre, « Unité et solidarité pour la justice et la paix », ainsi que le discours d'ouverture du président turc, Recep Tayyip Erdogan, avaient laissé poindre l'espoir d'une avancée dans le rapprochement irano-saoudien et dans la lutte contre le sectarisme religieux, qui ronge la région. En effet, lors de l'ouverture de la conférence, M. Erdogan avait identifié le sectarisme religieux comme le plus grand défi pour la région. « Ma religion n'est pas celle des sunnites ou des chiites. Ma religion est l'islam », a-t-il déclaré. Un grand événement de la conférence était la participation aussi bien du roi saoudien que du président iranien.


Cependant, les Iraniens avaient déjà dénoncé avant la rencontre ce qu'ils considéraient comme une tentative de l'Arabie saoudite d'intégrer quatre résolutions anti-iraniennes et une résolution contre le Hezbollah dans la déclaration finale. Rien n'y a fait, le président Rouhani n'aurait ainsi pas assisté à la session de clôture de la conférence. Faisant indirectement référence à ces résolutions, il a regretté que des messages pouvant accroître la division entre musulmans ne ressortissent de ce sommet de l'OCI, pourtant réuni sous le nom de l'unité.

Dans son communiqué final, la conférence déplore le soutien iranien continu au terrorisme ainsi que son interférence dans les affaires des Etats de la région. Point intéressant à relever, ni le Liban ni l'Irak n'apparaissent dans la liste des Etats victimes, selon la déclaration, de ces interférences et ne rejoignent donc pas le Bahreïn, le Yémen, la Syrie et la Somalie. La conférence condamne néanmoins le Hezbollah pour ses activités considérées comme actes terroristes en Syrie, au Bahreïn, au Koweït et au Yémen et pour son soutien aux groupes terroristes qui menacent la sécurité et la stabilité des Etats membres.

D'autre part, la conférence exprime son soutien aux efforts de l'Arabie saoudite dans son combat contre le terrorisme, notamment à travers la création de la Coalition militaire islamique pour contrer le terrorisme, et invite les autres membres à la joindre. Le communiqué invite également les Etats membres à fournir tout le soutien nécessaire à l'armée libanaise, « pilier de la sécurité, la stabilité et la paix nationale au Liban ». En cela, il loue le soutien continu des pays arabes et musulmans, « au premier rang desquels se trouve l'Arabie saoudite ». Cette remarque est intéressante, alors que l'Arabie saoudite a annoncé l'interruption de son aide de trois milliards de dollars à l'armée libanaise en février dernier.

Suite à cette rencontre, le hashtag « le roi Salman ignore Rouhani » a été lancé par les activistes des réseaux sociaux dans le Golfe, et notamment en Arabie saoudite. Ce hashtag, interprétant l'attitude du roi Salman, a été accolé à de nombreux messages emplis de fierté quant à la conduite supposée du roi envers le président iranien.

Finalement, la conférence a affirmé le besoin d'éviter les agendas sectaires et confessionnels du fait de leurs impacts destructeurs et leurs sérieuses répercussions sur la sécurité et la stabilité des Etats membres et sur la paix et la sécurité internationales.

Au vu de cette conférence, il semble en effet extrêmement important que les chefs d'Etats de la région considèrent les conséquences de leurs politiques sectaires, conséquences difficilement contrôlables une fois qu'elles trouvent des relais dans le cœur des sociétés.

Dans cette perspective, on peut noter la mise en œuvre d'une initiative du Ministère des affaires islamiques saoudien qui consiste à retirer de son site web tout contenu négatif à l'égard des chiites, des juifs et des chrétiens.

Catherine Germond
27 avril 2016


Liens pour plus d'informations :

http://www.thesaudi.info/2016/04/14/
http://www.thesaudi.info/en/2016/04/14/turkey-calls-muslim-anti-terrorism-body-oic-meeting
http://www.middleeasteye.net/news/arabic-press-roundup-handshakes-and-snubs-islamic-summit
http://www.oic-oci.org/oicv3/upload/conferences/is/13/en/13_is_final
http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/04/iran-saudi-oic-spat-istanbul-rouhani-zarif
http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/04/turkey-iran-saudi-arabia-dual-track-diplomacy
http://www.dailymail.co.uk/wires/afp/article-3539139/Erdogan-hosts-Istanbul-summit-quest-Islamic-unity
http://www.middleeasteye.net/news/saudi-arabia-takes-action-against-sectarian-fatwas

Commentaires

Chère Madame Catherine Germond,


Merci pour cette excellente analyse sur le Sommet de l'OCI qui comme à l'accoutumé fait preuve d'une grande platitude au niveau du résultat escompté en terme d'unité "sunites-chiites" qui serait profitable pour la prospérité des peuples et surtout la stabilité et la paix dans la région.

Plus de liberté et de dignité pour toutes et tous.

C'est l'islam qui est pris en otage par ces jeux de pouvoir et par la mégalomanie des dirigeants...

Encore une fois un Grand Dommage, mais ne sommes-nous pas habitués?

Ils se réunissent pour être d'accord à ne pas être d'accord!

Il est temps de mettre en place ne gouvernance éclairée pour le bien des peuples de ces régimes ont asservis.

www.fec-geneve.ch

Écrit par : Ouardiri Hafid | 27/04/2016

Les commentaires sont fermés.