26/07/2013

Les putschistes égyptiens appellent à la "démocratie de la rue"

L'appel du général putschiste égyptien Abdul Fatah al-Sissi, mercredi, à toute la population égyptienne de sortir aujourd'hui dans les villes et les provinces dans le but de lui donner un mandat pour faire face à "la violence et le terrorisme" est un acte irresponsable et qui peut conduire l'Egypte à une guerre fratricide, sachant que la coalition contre le coup d'Etat avait appelé il y a plusieurs jours à des manifestations aujourd'hui justement.


Recourir à une telle pratique défie les règles élémentaires de la démocratie et de l'Etat de droit qui définissent les institutions et les modalités régulant le processus démocratique. L'armée a donc écarté les principales institutions démocratiques de l'Etat librement choisies par le peuple égyptien : éviction du président et du parlement élus et suspension de la Constitution adoptée par référendum, pour s'engager dans une aventure meurtrière, qui ressemble à celle tentée par les putschistes algériens en janvier 1992 et qui a conduit à un quart de million de victimes et la destruction de l'Etat algérien.

Le plus triste dans cette histoire est le soutien de l'élite dite "démocratique", tout comme en Algérie, au coup d'Etat militaire en tentant de le qualifier de "redressement révolutionnaire" et de... "démocratie populaire"!

Prions pour que ce vendredi passe sans trop de victimes en Egypte.

Abbas Aroua
26 juillet 2013

Commentaires

C'est un peu comme lorsque les frères musulmans avaient jurés ne pas vouloir faire de politique au lendemain de la chute de Moubarak !

Écrit par : Corto | 26/07/2013

Les commentaires sont fermés.