30/04/2009

L’Irak, an VII de l’occupation

 

A l’heure où l’Irak vit un regain de violence et une intensification de la vague d’attentats meurtriers qui font des dizaines de victimes civiles, et continue à s’enfoncer dans une impasse politique porteuse de tous les dangers pour la paix dans la région, la Fondation Cordoue pour la promotion de la paix et la Fondation Alkarama pour les droits de l’homme accueillent une délégation de personnalités irakiennes de divers horizons politiques en tournée en Europe comprenant notamment Stockholm, Oslo et Bruxelles. La délégation est à Genève du 29 avril au 2 mai 2009. Le but de la visite est de : 1) Informer sur la situation politique, sécuritaire et des droits de l’homme en Irak ; 2) Présenter une perspective nationale de sortie de crise.

Composition de la délégation

Conférence de presse au Club suisse de la Presse le 1er mai à 11h00

06/04/2009

L'Union européenne suspend ses relations avec le gouvernement israélien

[Bruxelles, 6 avril 2009. Après plusieurs tentatives de Javier Solana, haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune et secrétaire général de l'Union européenne, de convaincre Benyamin Netanyahou, premier ministre israélien fraichement élu, pour revoir sa position et accepter le principe de « deux Etats », l'Union européenne a décidé de suspendre ses relations avec le gouvernement de l’Etat hébreux et de ne plus traiter qu’avec le président Shimon Peres qui a des positions plus modérées à l’égard de la question palestinienne.

Benyamin Netanyahu est connu pour ses positions extrémistes ne reconnaissant pas les accords conclus par ses prédécesseurs, préférant le concept de « paix économique » avec les Palestiniens au lieu de « paix politique ». Dans le gouvernement qu’il vient de former, il s’est entouré de faucons, le plus emblématique d’entre eux étant son ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman,  connu pour ses déclarations tonitruantes comme celle de « bombarder Gaza avec l’arme atomique » ou « jeter les prisonniers palestiniens dans la mer morte ».

Cette décision rappelle une autre décision similaire prise par l’Union européenne concernant la suspension de ses relations avec le gouvernement Hamas élu le 26 janvier 2006 avec une majorité de voix par le peuple palestinien, à cause de ses positions « radicales » vis-à-vis d’Israël, et de ne traiter qu’avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.]

Lire la suite

16:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)