06/04/2009

L'Union européenne suspend ses relations avec le gouvernement israélien

[Bruxelles, 6 avril 2009. Après plusieurs tentatives de Javier Solana, haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune et secrétaire général de l'Union européenne, de convaincre Benyamin Netanyahou, premier ministre israélien fraichement élu, pour revoir sa position et accepter le principe de « deux Etats », l'Union européenne a décidé de suspendre ses relations avec le gouvernement de l’Etat hébreux et de ne plus traiter qu’avec le président Shimon Peres qui a des positions plus modérées à l’égard de la question palestinienne.

Benyamin Netanyahu est connu pour ses positions extrémistes ne reconnaissant pas les accords conclus par ses prédécesseurs, préférant le concept de « paix économique » avec les Palestiniens au lieu de « paix politique ». Dans le gouvernement qu’il vient de former, il s’est entouré de faucons, le plus emblématique d’entre eux étant son ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman,  connu pour ses déclarations tonitruantes comme celle de « bombarder Gaza avec l’arme atomique » ou « jeter les prisonniers palestiniens dans la mer morte ».

Cette décision rappelle une autre décision similaire prise par l’Union européenne concernant la suspension de ses relations avec le gouvernement Hamas élu le 26 janvier 2006 avec une majorité de voix par le peuple palestinien, à cause de ses positions « radicales » vis-à-vis d’Israël, et de ne traiter qu’avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.]


J’ai reçu ce texte ce matin par courriel d’un ami. Surpris, je me suis rendu sans tarder sur le site Internet de la Commission européenne pour retrouver le communiqué officiel. Hélas ce fut en vain. En appelant l’ami expéditeur du courriel, j’ai découvert qu’il s’agissait d’un canular. Il me dit – avec un rire malicieux – : « Tu y as cru ? Quelle naïveté ! Le jour où ces gens-là abandonneront leurs ‘deux poids, deux mesures’, j’abandonnerai les sciences politiques pour aller pêcher dans une île déserte. »

Abbas Aroua
6 avril 2009

16:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

"et de ne plus traiter qu’avec le président Shimon Peres qui a des positions plus modérées à l’égard de la question palestinienne"

AH! SI SEULEMENT EST VRAI...

Écrit par : djilani ftelina | 06/04/2009

Suite à l'avis consultatif de la Cour Internationale de Justice en 2003 sur "la légalité de la Construction par Israël d'un mur autour du territoire palestinien occupé", l'Union Européenne devait suspendre toutes ses importations en provenance des colonies Israéliennes de Cisjordanie. En effet, continuer ces importations équivault à reconnaître le déplacement de fait de la frontière (ligne verte de 1967)à l'intérieur de la Cisjordanie, pour y englober les colonies dont Ariel & Emmanuel Fingers, qui s'enfoncent à plus de 100 km dans les territoires occupés. Ce mur ampute la Cisjordanie de 25 à 35 pour cent de ses terres.
Or L'UE n'a rien fait de tel, 6 ans plus tard. Il a fallu que l'équivalent des partis nazis en allemange (j'ai nommé M. Liebermann) qui demande un Etat ethniquement homogène, pour que l'Europe se réveille. Entre temps, l'UE aura eu le temps d'imposer un blocus criminiel contre Gaza, dont le choix démocratique ne lui a pas plu. Je ne suis pas injuste. Je ne demanderais donc pas un blocus contre Israël. Mais la rupture des relations diplomatiques me paraît la moindre des choses.
Quand à M Perez, la """colombe""", il est dommage qu'on ne puisse pas retirer un prix nobel.

Écrit par : Yallah | 06/04/2009

oh dommage pour l'union européenne elle a ratée un grand rendez vous avec l'histoire !!!
je le suis forcé d'y croire !!!
mais tres tres bon canular et bien venue a vous mr a aroua pour le blog que j'espere utile

Écrit par : amine | 06/04/2009

Les commentaires sont fermés.