18/07/2008

Siné, victime de l’incohérence médiatique française

Le dessinateur et caricaturiste politique parisien Maurice Sinet, connu sous son nom de plume Siné, a travaillé dans divers média français, notamment Charlie Hebdo qu’il a rejoint en 1981, puis en 1992 dans la nouvelle version du journal satirique.

Siné, qui aura 80 ans le 31 décembre prochain, aura eu un parcours engagé. Déjà dans les années 50, en pleine guerre d’Algérie, il ne cachait pas ses positions anticolonialistes. Il y a trois ans, il soutenait la liste Euro-Palestine aux élections européennes de juin 2004.

Bien qu’il soit impliqué dans la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, Siné peut être d’une violence verbale inouïe, lorsqu’il s’agit du fait religieux. Dans un billet du blogueur politique Luc Mandret, repris sur le site de  Marianne (16 juillet 2008), Siné est présenté comme « un provocateur […], un extrémiste laïc, un allergique épidermique aux religions et aux religieux, un bouffeur de curés, de rabbins, d'imams. » Wikipédia décrit le dessinateur français comme étant un « athéiste militant » et cite l'une de ses déclarations à ce sujet :

« La religion m'énerve. C'est de l'obscurantisme, ça rend les gens idiots. La soumission enlève le libre arbitre et impose des tabous. Je n'ai jamais cru en Dieu. Ça m'a toujours paru infantile. Mais ce n'est pas le fait que les gens croient qui m'énerve, c'est le prosélytisme, cette façon de nous faire partager des trucs saugrenus. Les curés, les rabbins, les ayatollahs inculquent des choses fausses aux enfants. La religion devrait être quelque chose de personnel. »

Mais récemment, en moins d’un mois, deux textes seulement auront suffi pour ouvrir les yeux de Siné sur les contradictions du système médiatique français.

Dans le premier texte publié dans Charlie Hebdo du 11 juin 2008, il écrit :

« Je n’ai jamais brillé par ma tolérance mais ça ne s’arrange pas et, au risque de passer pour politiquement incorrect, j’avoue que, de plus en plus, les musulmans m’insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le cul ! J’ai toujours détesté les grenouilles de bénitier catholiques vêtues de noir, je ne vois donc pas pourquoi je supporterai mieux ces patates à la silhouette affligeante et véritables épouvantails contre la séduction ! Leurs maris barbus embabouchés et en sarouel coranique sous leur tunique n’ont rien à leur envier au point de vue disgracieux. Ils rivalisent de ridicule avec les juifs loubavitchs ! Je renverserais aussi de bon cœur, le plat de lentilles à la saucisse sur la tronche des mômes qui refusent de manger du cochon à la cantoche. Quand on a des parents aussi bornés que les leurs, le seul remède est de leur désobéir et de les envoyer se prosterner […] La bêtise n’a pas de limites, c’est connu, mais arrêtons de la respecter et, qui plus est, de l’entretenir au nom d’une indulgence dont ils ne font, eux, aucune preuve ! »

Il n'y va pas avec le dos de la cuiller. Mais en dépit de cette violence, pas de réaction.

Cependant, lorsque dans l’édition du 2 juillet 2008 du même journal, il s’aventure sur un autre terrain plus difficile, en affirmant que :

« Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l'UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n'est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

Alors là, c’en est trop ! Le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo Philippe Val réagit. Il vire Siné. Raison vraisemblable : conflit interne entre les deux hommes. Motif invoqué : Antisémitisme.

En effet, Philippe Val explique le départ de Siné comme suit : « Je suis rarement d'accord avec ce que Siné raconte mais il y a une latitude à Charlie pour exprimer des opinions différentes des miennes […] Cette latitude est bordée par une charte qui proscrit notamment tout propos raciste et antisémite dans le journal ».

Luc Mandret, dans l'article susmentionné, ne manque pas de relever la contradiction : « Si le premier extrait de Siné est antisémite, le second n'est-il pas clairement islamophobe ? Pourquoi Claude Askolovitch, journaliste au Nouvel Observateur, lorsqu'il dénonce sur RTL ‘un article antisémite dans un journal qui ne l'est pas’ ne dénonce-t-il pas également les autres propos de Siné ? » Et d’ajouter : « De fait, la position de Philippe Val est totalement illogique. Lui qui défendait la liberté d'expression lors de la polémique sur la publication dans Charlie Hebdo de caricatures de Mahomet, ne défend-il donc plus la liberté d'expression de la plume de Siné ? »

Abbas Aroua
18 juillet 2008


00:20 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (45)

Commentaires

Quand on connaît les dessins de Siné, et le personnage, la réaction de Philippe Val paraît franchement grotesque – et on peut se demander si ce dernier ne saisit pas ce (très mauvais) prétexte pour se débarrasser d’un opposant au sein de la publication dont il est le rédacteur en chef. La liste est en effet longue, paraît-il, de ceux qu’il a virés ou sont partis après s’être trouvés en conflit avec lui.

Quant au fond de l’affaire, je voudrais dire, de manière générale, que nous sommes nombreux, juifs et non-juifs français, à être exaspérés par les surréactions émotives concernant certains propos jugés hâtivement antisémites. Cela rappelle l’époque hystérique du maccarthisme, où l’on voyait des communistes partout. Nos ayatollahs de la pensée (oh, pardon, je fais de l’anti-islam… mais il est vrai que ça, on le pardonne) voient aujourd’hui des petits Mickeys antisémites partout. Pauvre Siné ! Pauvres de nous… Triste époque.

Écrit par : Noémie | 18/07/2008

Cet article est très incomplet. D'abord Claude Askolovitch a déjà repondu à Luc Mandret, il n'avait pas lu les propos sur les musulmans.
http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2280/articles/a379855-.html
Pour les vraies raisons du limogeage de Siné ici:
http://www.rue89.com/2008/07/17/sine-vire-charlie-hebdo-en-deuil-philippe-val-dans-la-tourmente

Écrit par : Kelly | 18/07/2008

On est ou, là?
En France?
Ou dans une vulgaire dictature préhistorique et religieuse?
Il n'y a pas plus abruti qu'un religieux.
De quel droit devrai-je "faire attention a ce que je dit" sous prétexte que je risquerai de froisser la susceptibilité d'une personne que je considère a titre personnelle, comme profondément conditionnée, avec comme conséquence de ce conditionnement, une profonde débilité.
Pourquoi ne demande-t-on jamais a cette personne de faire preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit à mon égard?
Pourquoi me demande-t-on toujours à moi de faire preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit à l'égard du religieux.
Mais je l'emmerde.
D'autant plus que:
C'est quoi dieu?...Un mec?...une meuf?...la vie après la mort?(mort terrestre)
Vous les journaleux, vous participez, vous collaborez a cette débilisation de la société.
Pourquoi vous les journaleux, vous apportez autant d'importance à des gens qui affirment certaines choses, sans jamais avoir apporté la moindre preuve:
C'est quoi dieu?

Écrit par : chucky | 18/07/2008

Après le journaliste d'Auto Plus, c'est au tour de Siné ! Tous ceux qui osent dire du mal de notre ancien noble hongrois sont systématiquement mis à l'écart. Vous rappelez-vous en 1932, la main-mise d'une autre étranger sur un pays ? A quand la lecture dans les écoles d'un nouveau "Mon Combat" signé de notre despote ?

Écrit par : boucanier27 | 18/07/2008

Askolovitch décolle vers le JDDjeudi 17 juillet
Version imprimable Recommander à un ennemi

Votre adresse email


L'email de votre ennemi :


Texte de votre message :



Mais non, vous n'avez pas compris, Askolovitch s'est reconnu dans le portrait de l'arriviste prêt à tout....

Le co-auteur du livre de Besson et de Dati se voie remercier de son zèle par un poste de numéro deux au JDD journal Lagardère, mais n'allez pas pensé qu'il a été nommé par qu'il a lustré les talonettes de Sarkozy, non cet homme est juste antisémite

http://www.bakchich.info/breve1004.html
Un été plein d’activité pour notre aimable confrère Claude Askolovitch, du Nouvel Observateur. Après avoir courageusement dénoncé sur RTL le 8 juillet dernier, « l’article antisémite » de Siné, provoqué un sacré barouf à Charlie Hebdo, et avoir récolté une plainte en diffamation du même Siné, Asko va changer d’air… « Je confirme que je quitte le Nouvel Obs », a-t-il confirmé à Bakchich. Selon nos petits informations, Askolovitch va prendre la route du Journal du Dimanche, en tant que n°2 de la rédaction. Quelle activité. Il y en a qui ne savent pas s’arrêter.

Écrit par : inconnu | 18/07/2008

Oui, victime de l'incohérence de la presse française en générale dont un commentateur américain disait il y a peu encore qu'elle n'était pas à la hauteur de ses ambitions et qu'elle très politiquement correcte et attachée à ne pas froisser nos responsables politiques, en somme ce commentateur conseillait au citoyen français d'élargir son horizon
Dans mon propre blog, je fais référence justement à la liberté d'expression version américaine qui sous couvert du 1er amendement de la Constitution permet beaucoup plus de liberté

Écrit par : Citoyen | 18/07/2008

Il ne faut pas confondre l'antisémitisme et le fait de tourner en ridicule la religion juive. En publiant les caricatures Val approuvait le droit de tourner les religions en ridicule. Cela n'a rien a voir avec du racisme ou de l'antisémitisme.

Je suis déçu de voir la tournure que prend cette affaire.

Écrit par : Popoyt | 18/07/2008

Bonjour. La vivacité de la réaction de Philippe Val (qui derrière un charabia encore vaguement gauchisant a peu à refuser aux pouvoirs en place) s'explique aussi du fait que Siné a mis le doigt là où çà fait mal. Loin d'incarner une bourgeoisie ordinaire le nommé Sarkozy incarne une frange particulièrement rapace de la bourgeoisie, celle qui, derrière des préjugés antisémites encore bien portés à Neuilly-Auteuil-Passy, a toujours eu pour fantasme de "mettre les juifs dans sa poche". Et de ce point de vue il est certain que le mariage du clownesque fils Sarkozy avec une riche-héritière juive (même si elle a été choisie en tant que riche-héritière, et non en fonction de sa religion) : ne saurait nuire. Cordialement

Luc Nemeth, Docteur en Histoire contemporaine

Écrit par : LN | 18/07/2008

J'aimerais soutenir Siné dans son combat.

Écrit par : Kolb | 18/07/2008

Bonjour,
Je me souviens des caricatures du Prophète Mohamed, et là, les journalistes et hommes politiques parlaient de "LIBERTE D'EXPRESSION". Je ne comprend pas pourquoi Charlie Hebdo vire Siné pour antisémitis. Siné se moque de toutes les religions. Et je pense que si Siné se moquait des autres religions, il ne serait pas viré mais applaudie. Je félicite Charlie Hedbo, on voit qu'il y a toujours une religion ou on n'a le droit de rien dire, ou de se moquer toute simplement.

Écrit par : SABRINA | 18/07/2008

Ces gens, qui brandissent à tout bout-de-champ l'accusation d'antisémitisme contre quiconque refuse de leur emboîter le pas, perdront sur les deux terrains : a) ils ne parviendront pas à rendre respectable ce qui ne l'est pas (cad. leurs opinions purement politiques) ; b) et, comme dans l'histoire de Nicolas et du loup, ils ne feront qu'atténuer la nécessaire vigilance, qui leur tient ici lieu de feuille de vigne.

Écrit par : LN (suite) | 18/07/2008

Très bon article qui vise le principal problème de toute cette affaire, et qui révèle à quel point la gauche doit se débarrasser de son consensualisme.

Écrit par : THE DRUGSTORE | 18/07/2008

Il est symptomatique de constater que, dans notre belle presse indépendante française, un journaliste d'un magazine prétendument à gauche tendance Lang/Stauss-Kahn à savoir le Nouvel Observateur puisse influencer un pseudo-journaliste tel que Val du soi-disant satyrique Charlie Hebdo pour dévoyer à ce point le terme d'antisémitisme dans un bel élan commun d'opportunisme et de soumission au pouvoir politico-économique. Et si on s'faisait un Siné !

Écrit par : Bitnick | 18/07/2008

Pour charlie hebdo :
- un musulman = un terroriste ... pas de problème.
- un juif = réussite sociale ... viré.
L'islamophobie véhiculée en permance par Charlie Hebdo n'est pas un problème, par contre l'antisméitisme est puni sévèrement ... Mais ou est passée la liberté d'expression si chère à ce journal?
Je me régale de cette flagrante contradiction d'une ligne de conduite à deux vitesse ...

Écrit par : Mathieu | 18/07/2008

@ Luc Nemeth, Docteur en Histoire contemporaine

" Siné a mis le doigt là où çà fait mal."

Mais apparement l'histoire de la conversion de Jean Sarkozy est bidon, donc la démonstration de Siné s'écroule devant ce faux postulat. Pour le reste je trouve votre commentarie franchement inquiétant.

Écrit par : Kelly | 19/07/2008

@ Mathieu
L'erreur que vous faites c'est de comparer l'islamophobie à l'antisémitisme. Vous devriez comparer l'islamophobie à la christianophobie (très presente sur Charlie) car le judaïsme contrairement à l'islam n'est pas une religion proselyte. Si non le directeur de France Soir a été viré pour les caricatures de Mahomet.

Écrit par : Kelly | 19/07/2008

@ THE DRUGSTORE
Cet article ne s'intèresse qu'à la place de l'islam dans cet affaire, si gauche=defense de l'islam alors à ce moment là Sarkozy a vraiment de beaux jours devant lui.

Écrit par : Kelly | 19/07/2008

@Kelly (du 19.7.2008)

Puisque vous trouvez mon commentaire "franchement inquiétant" (sans toutefois aller jusqu'à nous dire franchement pourquoi...) eh bien j'en rajoute.

Pour des raisons historiques sur lesquelles il serait superflu d'insister tout politicien marqué à droite a intérêt, en France, à "s'afficher du côté des juifs", afin de donner des gages.
Mais ce qui était encore facultatif pour un Giscard est à peu près obligé pour le fascistoïde-nabot, et ce, pour deux raisons.
La première, est d'ordre politique : le racolage lepéniste rampant auquel se livre ce régime d'infâmie serait beaucoup plus difficile s'il ne bénéficiait de l'approbation tacite des voix dites autorisées, de ce qu'il est convenu d'appeler la communauté juive (et je n'aurai pas la cruauté de rappeler, tout ce qui dépasse nettement le stade du tacite...).
La seconde, est d'ordre personnel. Loin de moi, croyez-le bien, l'intention de lancer des accusations sans preuve. Et ailleurs je ne vois pas l'intérêt d'aller chercher du côté du passé, les motifs d'un dégoût qu'un regard sur le présent justifie amplement. Mais enfin et puisque vous êtes un(e) adepte du parler-franc, Kelly, alors je vous rappelle que ce n'étaient pas n'importe quels hongrois, qui fuyaient précipitamment le pays en 1944. Et le moins que l'on puisse dire est que l'intéressé s'en serait sûrement bien moins tiré, de ce côté, avec la presse américaine...

Et "bonjour chez vous", Kelly (comme disait Pierre Dac, cet excellent juif)


Luc Nemeth, petit-fils de déportés

Écrit par : LN | 19/07/2008

@Kelly (suite)

L'auteur de l'article est assez grand pour se défendre lui-même mais je comprends mal comment vous pouvez, dans votre réponse à THE DRUGSTORE, soutenir que "cet article ne s'intéresse qu'à la place de l'islam dans cet affaire". Le problème qui est plus que jamais posé par cette pantalonnade (et qui me paraît être posé par cet article) est celui : de la liberté d'expression. C'est celui d'un Askolovitch et d'un P. Val, qui incapables de faire prévaloir leurs arguments, en sont à se jeter en toute mauvaise foi sur une formulation maladroite de Siné pour le réduire au silence, et pour lui faire perdre son travail.

Écrit par : Luc Nemeth | 19/07/2008

@ Kelly : Vous avez raison de penser que l'antisémitisme et l'islamophobie ne sont pas identiques. En effet bien que similaires dans le fond, il est hélas tristement constatable que l'un est interdit et répréhensible pénalement tandis que l'autre est autorisé voir encouragé.

Écrit par : Mathieu | 19/07/2008

Le titre de la note est clair. Il s’agit de soulever la question de l’incohérence médiatique. Tout le reste n’est qu’interprétation.

L’incohérence médiatique transcende les clivages gauche-droite et est loin d’être l’apanage du paysage médiatique français. Pour illustrer ceci je pourrais citer l’exemple du Journal danois Jyllands-Posten qui a publié le 30 septembre 2005 les caricatures “Muhammeds ansigt” au nom de la liberté d’expression. Deux ans et demi plus tôt, en avril 2003, un dessinateur danois avait soumis au même journal une série de caricatures non sollicitées moquant la résurrection du Christ. Elles ont été cependant rejetés, violant ainsi ledit principe de liberté d’expression. Le rédacteur de l’édition du dimanche du Jyllands-Posten s’en est expliqué alors en affirmant : « Je ne pense pas que les lecteurs de Jyllands-Posten apprécieront les dessins. En fait, je pense qu'ils vont provoquer un tollé. Par conséquent, je ne vais pas les utiliser. » (1) Ainsi, comme le relevait Johan Galtung : « L'idée que l’atteinte aux sentiments humains par l’intrusion dans l’espace privé fixe des limites à la liberté d'expression n'était pas inconnue, exposant les Danois à des accusations d'inégalité de traitement, contre la Règle d'Or, et contre le Kantisme. »

Mais au delà de ces exemples d’illustration et du fait qu’ils concernent des musulmans, des juifs, des chrétiens, ou d’autres communautés, le point central, à mon point de vue, c’est le fait que beaucoup de média se présentent parfois, quand ça les arrangent, comme des prophètes d’une sacro-sainte liberté d’expression totale et absolue, alors qu’ils savent très bien, que cette liberté n’est que relative et limitée.

Simon Jenkins expliquait bien, dans les colonnes du Sunday Times, cette vérité toute simple :

« Un journal n’est pas un monastère retiré du monde et sourd aux réactions. Chaque centimètre d’encre imprimée reflète les opinions de ses auteurs et le jugement de ses rédacteurs. Quotidiennement, les journaux prennent des décisions sur l’équilibre entre audace, délit, bon goût, prudence et maladresse. Ils doivent décider à qui donner la parole et à qui la dénier. Ils sont contraints par les lois sur la diffamation, par la politesse ou le savoir vivre, et ce qui est acceptable aux lecteurs. L’expression n’est libre qu’au sommet de la montagne ; tout le reste n’est que décision rédactionnelle. […] Sur chaque page plane un censeur, quand bien même il est honoré du titre de rédacteur.» (2)


(1) The Nation, 27 February 2006, p. 4, cité par Johan Galtung, in “50 Years, 100 Peace & Conflict Perspectives”, Kolofon forlag, Bergen 2008, pp. 234-5
(2) The Sunday Times, 5 février 2006

Écrit par : Abbas Aroua | 19/07/2008

Entièrement d'accord avec Mathieu. A quoi j'ajoute, car c'est un point que j'ai pu observer à travers mes recherches dans le domaine des études coloniales, que la même remarque vaut pour le racisme, comparé à l'antisémitisme. Car enfin : c'est sous prétexte de judéophilie et de judéité que le nommé Finkielkraut a pu (et sur une radio-juive, qui plus est !) tenir sur ses compatriotes antillais des propos, qui aux termes de la législation antiraciste, étaient pénalement répréhensibles. Or, sauf élément dont je n'aurais pas eu connaissance, ils n'ont pas été réprimés. On a continué à tendre le micro à l'intéressé, dans les hautes sphères ici concernées. Et il ne semble pas qu'il aît perdu son travail, lui...

Écrit par : Luc Nemeth | 19/07/2008

@Abbas Aroua

Un problème corollaire à celui de la liberté d'expression est celui du droit de réponse. En France par exemple, et au nom d'une conception souvent très abusive dudit droit de réponse, des opinions clairement marquées du côté de la pestilence peuvent disposer de colonnes entières dans le "Monde". Ceux en revanche qui défendent un point de vue progressiste ou parfois simplement humain savent qu'être publié, n'est pas une mince affaire...

Écrit par : Luc Nemeth | 19/07/2008

Philippe VAL a déclaré que depuis au moins deux ans il avait beaucoup de mal a supporter les propos de SINE ;la logorrhée vomitive de ce dernier a, de fait, de quoi indigner. Mais VAL qui a soutenu becs et ongles les publications des caricatures de Mahomet pouvait il vis vis des associations musulmanes prendre le prétexte de l'islamophobie pour le renvoi de SINE ?? ne risquait il pas de réveiller les vieilles querelles et blessures de ce côté ?? Il semble bien que les derniers propos indignes de ce vieil anarcon qui se croit au dessus des autres cons mais en représente en fait l'élite aient été le prétexte idéal à une envie de réaction déjà ancienne de Philippe VAL. Il a raison sur le fond, peut être aurait il pu réagir plus tôt pour la forme. Quand à la présupposée supériorité de la presse américaine en matière d'objectivité, la presse US se décerne bien vite des satisfécits quand on pense aux concours de flagornerie et de surenchère qu'elle a fait dans son soutien à G BUSCH junior au moment de la guerre en Irak et des armes de destruction massive qui se sont avérées être des fantômes ou des phantasmes !!!J'invite donc nos amis américains à lire entre autres Marianne, Libération, l'express etc dont la lecture pourrait les inspirer en matière d'attaques anti Sarkozy!!

Écrit par : myjanou | 19/07/2008

A LUC NEMETH

Vos propos son indignes. Vos allégations contre Sarkozy ont un caractère sectaire digne d'une lutte des classes qui a eu pour résultat l'horrible régime communiste.Le style dis ou et de qui tu es né et je te dis si tu es mon ami ou mon ennemi relève du délire. Je vous souhaite longue vie pour dépasser vos réactions viscérales et passionnelles tellement sottes.
Une autre petite fille de déportés qui a normalement horreur de faire référence à ce fait dont elle n'a aucune raison de se glorifier en public. Encore une fois nos origines et notre histoire familiale ne peuvent présupposer une quelconque supériorité morale ou intellectuelle.

Écrit par : myjanou | 19/07/2008

"Nos" origines, Myjanou, n'impliquent aucune... supériorité. La preuve : Finkielkraut -pour ne citer que lui- est juif...
"Nos" origines -si c'est ici à l'origine juive que vous faites allusion- impliquent, et peut-être encore un peu plus que de la part d'autrui : la vigilance face à l'oppression, sous toutes ses formes.
Et sincèrement je vous plains si de ce point de vue l'ignoble Sarkozy et sa clique ne représentent pas tout ce qu'un homme libre (et une femme libre aussi, d'ailleurs) peuvent raisonnablement haïr.

PS. en ce qui concerne la lutte des classes : elle ne vous a pas demandé la permission de commencer, elle ne vous demande pas celle de continuer

Écrit par : Luc Nemeth | 21/07/2008

Devinette. Qui a dit : "Je suis antisémite et je n’ai plus peur de l’avouer. Je vais faire dorénavant des croix gammées sur tous les murs...Je veux que chaque juif vive dans la peur, sauf s’il est pro palestinien..." ? Ahmadinejdad au cours d’un banquet négationniste ? Un néo nazi facétieux ? Robert Faurisson dans "National Hebdo" ?

Non, non, vous n’y êtes pas du tout.

C’est bien Siné qui tint ce discours en août 1982 sur les ondes de la radio libre Carbone 14. Ainsi, après l’attentat de la rue des Rosiers, il exprimait avec une charmante spontanéité son sentiment concernant un évènement où six personnes - pas toutes juives, hélas( !) - avaient trouvé la mort.

Déjà, le 12 février 1985, l’illustre Siné fut condamné par la 17e Chambre correctionnelle de Paris pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence raciales.

13 décembre 1982, Pierre Desproges écrit de Siné : "Vous êtes de ces pacifistes bardés de grenades et de bons sentiments prêts à éventrer quiconque n’est pas pour la non-violence." « Siné possède la particularité singulière (bonjour les pléonasmes) d’être le seul gauchiste d’extrême-droite de France. »

Rappelons que 12 février 1985, Siné fut condamné par la 17e Chambre correctionnelle de Paris pour incitation à la discrimination,à la haine et à la violence raciales.

Écrit par : VEVE | 21/07/2008

Dieudonné, qui choisit Jean-Marie Le Pen, comme parrain de son enfant ... donnerait-il tort à Desproges ... ?

"[..]être le seul gauchiste d’extrême-droite de France[..]" ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

Mais que viennent faire ici Dieudonné et Le Pen, Victor Dumitrescu ??? C'est ici de Siné, qu'il s'agit -et d'une accusation d'antisémitisme qui ne fait que déshonorer et surtout ridiculiser ses auteurs.
Quoi qu'il en soit les propos qui ont été tenus par Siné dans sa brève hebdomadaire du 2 juillet 2008, et qui sont reproduits dans l'article ci-dessus, ne semblent pas comporter d'ambiguité à cet égard (et si d'ailleurs ils avaient contenu la moindre trace d'antisémitisme alors Philippe Val aurait été piètre rédacteur, en les publiant) :
1°) Siné constatait que pour le rejeton de Sarkozy, dont on veut bien croire qu'il a été à bonne école sur ce point comme sur quelques autres, mettre le grapin sur une riche-héritière avait relevé du travail de routine
2°) avec une prudence de langage que l'on peut estimer acceptable Siné, après avoir noté que cette riche-héritière est juive, constatait que le fils Sarkozy avait "déclaré vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty".

Un simple regard sur l'infra-bling-bling Jean Sarkozy atteste ce qu'il en est de la... religiosité, du personnage ; et, pour autant que l'on sache de la façon dont les choses se passent aujourd'hui en milieu Neuilly-Auteuil-Passy il semble que la miraculeuse-conversion annoncée par le célèbre rejeton, à supposer qu'elle aît jamais été dans ses intentions, outrepasserait quelque peu ce qui se pratique d'ordinaire. Autant d'éléments, qui dans un contexte de papouilles parfois très loin poussées et qui ne se cachent même plus entre la clique sarkozienne et les milieux juifs-dirigeants, justifiaient entièrement le commentaire final : "Il fera du chemin dans la vie, ce petit !".

Mais tirer prétexte de ce commentaire pour présenter Siné comme un... antisémite et qui aurait, par là, repris à son compte l'ancestrale identification du Juif au riche est : une infâmie, dont il faut espérer que ses auteurs auront à répondre devant les tribunaux.

Écrit par : Luc Nemeth | 21/07/2008

Luc Nemeth, je vous propose de relire mon commentaire, 10 fois, au besoin.
À votre service !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

Victor Dumitrescu, il n'y avait pas de malice dans ma question (et encore moins, d'intention désobligeante à votre égard) : je demandais vraiment, ce que viennent faire ici X ou Y ! Car plus que jamais, et face à des nuisibles qui se voient déjà venir nous infliger leur flatulente vertu, je crois qu'il convient de s'en tenir strictement à : ce qu'a dit Siné (... et ce qu'il n'a pas dit).

Écrit par : Luc Nemeth | 21/07/2008

Luc Nemeth.
"C'est ici de Siné, qu'il s'agit"

Le 12 février 1985, Siné fut condamné par la 17e Chambre correctionnelle de Paris pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence raciale.

Le 13 décembre 1982, Pierre Desproges écrit de Siné : "Vous êtes de ces pacifistes bardés de grenades et de bons sentiments prêts à éventrer quiconque n’est pas pour la non-violence."

«Siné possède la particularité singulière (bonjour les pléonasmes) d’être le seul gauchiste d’extrême-droite de France.»

Dieudonné, qui choisit Jean-Marie Le Pen, comme parrain de son enfant ... donnerait-il tort à Desproges ... ?

"[..]être le seul gauchiste d’extrême-droite de France[..]" ?




Vous désirez que l'on vous fasse un dessin ?
Et bien, le voilà !

À votre service !


P.S.
Vous écrivez :"qui ne fait que déshonorer et surtout ridiculiser ses auteurs"
Arrêtez de vous déshonorer et de vous ridiculiser...vous-même, ça devient désolant...

Vous écrivez :"une infâmie, dont il faut espérer que ses auteurs auront à répondre devant les tribunaux."
Pas vous ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

Luc Nemeth.
Si Siné dans sa brève hebdomadaire du 2 juillet 2008, a tenu des propos antisémites, c'est que le terreau était fertile.

"il convient de s'en tenir strictement à : ce qu'a dit Siné (... et ce qu'il n'a pas dit)"...depuis le début de sa vie ?

"Le 12 février 1985, Siné fut condamné par la 17e Chambre correctionnelle de Paris pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence raciale."

De 1985 à 2008, son antisémitisme a continué, il n'a pas subi de "thérapie"...maintenant, on lui applique une "punition", pour tout son parcours d'antisémite...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

Luc Nemeth. Question.
Dieudonné, l'antisémite, "diplômé"...est-il gauchiste, oui ou non ?

Dieudonné, qui choisit Jean-Marie Le Pen, comme parrain de son enfant ... donnerait-il tort à Desproges ... ?

"[..]être le seul gauchiste d’extrême-droite de France[..]" ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

Mais où donc, Victor Dumitrescu, avez-vous vu de ma part la moindre complaisance envers les infâmies de Dieudonné ?

Écrit par : Luc Nemeth | 21/07/2008

La bêtise humaine n'a pas de limite !

"Mais que viennent faire ici Dieudonné et Le Pen, Victor Dumitrescu ???"

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

(merci d'attribuer un caractère humain à ma "bêtise", Victor Dumitrescu. Et, afin que vous puissiez en prendre toute la mesure, j'affiche ci-dessous, en priant Abbas Aroua de m'excuser d'empiéter à ce point sur son blog, copie d'un courriel que je viens d'adresser au distingué journal le Monde)

* * *

BHL, ou : la double intoxe d’une triple buse

Faisant sienne à son tour la devise chiraquienne plus-c’est-gros-mieux-çà-passe, et spéculant sur la crédulité des gogos, le saltimbanque BHL nous en raconte une bien bonne (le Monde, 22 juillet) : Siné aurait, à l’en croire, commis un article antisémite... D’ores et déjà on peut se demander qui sont les plus à plaindre, de ceux qui tiennent de pareils propos, de ceux qui les lisent, ou du journal qui ouvre ainsi ses colonnes à la diffamation dès lors qu’elle vise tout ce qui est d’extrême-gauche (tandis que le dernier des fachos y a droit à d’interminables rectificatifs, et ce au nom d’une conception parfois très extensive du droit de réponse). Pour le reste, quiconque a eu sous les yeux l’entrefilet incriminé est en mesure de confirmer que c’est avec une modération qui dénote presque avec son style habituel, que Siné a ironisé sur le célèbre clone Jean Sarkozy.

Il n’y a aurait pas plus à en dire si ce BHL, espérant donner quelque poids à ses flatulences, ne s’était ici paré des plumes de... l’historien. Et c’est ainsi que l’intéressé écrit, en toute infâmie révisionniste :
"Il y a une excuse au moins qui, depuis l’affaire Dreyfus, semble marcher à tous les coups et instaurer une sorte de clause de la haine la mieux autorisée. C’est celle qui consiste à dire : non à l’antisémitisme, sauf s’il s’agit d’un grand bourgeois, officier supérieur de l’armée française. Ou : non à l’antisémitisme sauf si l’enjeu est un symbole du Grand Capital, un banquier juif, un ploutocrate, un Rothschild".
Et... prout ma chère ?

Je ne vois pas l’intérêt de traiter par la plume, ce qui relève du bon coup de pied au derrière. Ce sont là des propos qui poursuivent des buts politiques : c’est dans une revue politique (encore que je voie mal laquelle) que j’y répondrais, si j’estimais qu’ils en valent la peine. Et la partie qui concerne Siné, relève de la diffamation : c’est à lui d’apprécier ce qu’il y a lieu de faire, sur ce point. Mais, puisque les circonstances ont voulu que j’effectue des recherches sur l’affaire Dreyfus (je crois même que j’étais le seul conférencier venu de France, lors du Colloque international qui s’est tenu aux Etats-Unis en 2003, et je suis encore réintervenu sur ce thème à Manchester cette année) alors je crois être bien placé pour dire que, comme souvent c’est le cas avec les tenants de l’idéologie française aujourd’hui dominante : c’est ici le contraire, qui est vrai. Et s’il est un mérite qu’il faut reconnaître à l’extrême-gauche, même si elle en fut peu récompensée (car les Briand et les Clémenceau arrivés au pouvoir grâce à l’affaire Dreyfus ne se montrèrent pas toujours tendres, avec le peuple...), c’est bien d’avoir surmonté tous les préjugés qui auraient pu faire qu’elle se tienne à distance.

Luc Nemeth, Docteur en Histoire contemporaine

Écrit par : LN | 22/07/2008

Réquisitoire contre Siné
13 décembre 1983

Françaises, Français,
Belges, Belges, Bougnoules, Bougnoules,
Fascistes de droite, Fascistes de gauche,
Mon président mon chien,
Monsieur l'avocat le plus bas d'Inter,
Mesdames et messieurs les jurés,
Public chéri mon amour.
Bonjour ma colère, salut ma hargne et mon courroux… coucou

L'homme qui stagne aujourd'hui sur ce banc de l'infamie où le cul du gratin s'écrasa avant le sien, cet homme, mesdames et messieurs les jurés, ce morne quinquagénaire gorgé de vin rouge et boursouflé d'idées reçues, présente à nos yeux blasés qui en ont tant vu qu'ils sont devenus gris, la particularité singulière, bonjour les pléonasmes, d'être le seul gauchiste d'extrême droite de France. Xénophobe même avec les étrangers, rebonjour, masquant tant bien que mal un antisémitisme de garçon de bain poujadiste sous le masque ambigu de l'antisionisme propalestinien, misogyne jusqu'à souffler dans sa femme pour économiser sa poupée gonflable, pardon Catherine, plus primaire encore dans son anticommunisme que les asticots moscovites présentement occupés à bouffer Brejnev de l'intérieur, Siné, la baguette sous le bras, et le béret sur la tête comme un Guevara de gouttière va sa vie à petits pas, tel un super Dupont mou, plongeant mollement dans le fluide glacé de son troisième âge.

Écrit par : sinema | 30/07/2008

Réquisitoire contre Siné
13 décembre 1983

Françaises, Français,
Belges, Belges, Bougnoules, Bougnoules,
Fascistes de droite, Fascistes de gauche,
Mon président mon chien,
Monsieur l'avocat le plus bas d'Inter,
Mesdames et messieurs les jurés,
Public chéri mon amour.
Bonjour ma colère, salut ma hargne et mon courroux… coucou

L'homme qui stagne aujourd'hui sur ce banc de l'infamie où le cul du gratin s'écrasa avant le sien, cet homme, mesdames et messieurs les jurés, ce morne quinquagénaire gorgé de vin rouge et boursouflé d'idées reçues, présente à nos yeux blasés qui en ont tant vu qu'ils sont devenus gris, la particularité singulière, bonjour les pléonasmes, d'être le seul gauchiste d'extrême droite de France. Xénophobe même avec les étrangers, rebonjour, masquant tant bien que mal un antisémitisme de garçon de bain poujadiste sous le masque ambigu de l'antisionisme propalestinien, misogyne jusqu'à souffler dans sa femme pour économiser sa poupée gonflable, pardon Catherine, plus primaire encore dans son anticommunisme que les asticots moscovites présentement occupés à bouffer Brejnev de l'intérieur, Siné, la baguette sous le bras, et le béret sur la tête comme un Guevara de gouttière va sa vie à petits pas, tel un super Dupont mou, plongeant mollement dans le fluide glacé de son troisième âge.

Écrit par : sinema | 30/07/2008

(Bonjour. Ci-dessous, "demande de renseignement" adressée au Monde. Cordialement)

Dans son numéro daté du 1er août 2008 le Monde a publié en page 14 une lettre par laquelle des intellectuels et apparentés prétendaient justifier le licenciement du dessinateur Siné, intervenu au motif (invoqué à retardement, et en toute mauvaise foi) d'un article paru dans Charlie-Hebo du 2 juillet. Parmi les signataires figurent : "Robert Badinter (sénateur)", et "Dominique Voynet (sénatrice)". Bien que n'ayant pas une connaissance technique du dossier je crois savoir que Siné a porté plainte, notamment pour la diffamation venue aggraver ce licenciement. Ma question, est la suivante : ce sénateur et cette sénatrice, qui sont donc membres du corps législatif, sont-ils en droit d'intervenir, dans ce dont la justice est saisie ?
Par avance, je vous remercie de votre aimable réponse.
L. Nemeth

Écrit par : LN | 04/08/2008

@sinema

votre "réquisitoire contre Siné" (ci-dessus, 30/7) n'a-t-il pas été prononcé par Pierre Desproges, et par dérision, dans son émission le "Tribunal des flagrants délires" sur France-Inter ?

Écrit par : LN | 04/08/2008

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Un site à voir et une femme à aider pour soutenir une belle cause en Tunisie. Le nom de madame Harakati Sameh ne vous dit peut-être rien ? Alors faite connaissance de cette histoire qui va vous poussez à réfléchir sur la prochaine destination de vos vacances.

Écrit par : karine Laurone | 22/09/2008

Chouette article, grand merci pour ces astuces et notez dans un 1er temps que je suis complètement d'accord. Permettez-moi d'insister, oui votre article est bien bon, je viens de twitter votre billet en espérant que ça vous aide. PS : Bonne continuation et longue vie à ce site !

Écrit par : faire part de | 13/09/2010

3/3/11.- J'ajouterai ceci encore.
Askolovitch et les hypocrifs, qui pour voler au secours du fils Sarkozy s'étaient jetés sur des propos inacceptables tenus... 23 ans plus tôt par Siné sur une radio-libre (mais qui avaient été tenus dans un contexte du massacre, et dont il s'était ensuite excusé) : on ne les entend pas protester à l'heure où c'est l'ex-nazillon Gérard Longuet qui vient d'être nommé... ministre de la Défense. Sans jamais toutefois avoir eu à renier son passé. Et ce pour la bonne raison que personne à droite ne le lui a jamais demandé.
C'est que, pour les gens-de-droite (toutes religions confondues), même le dernier des salauds et des fachos n'est jamais que quelqu'un qui a commis qu'une "erreur de jeunesse", pour peu qu'ensuite il revienne défendre l'oppression de manière plus traditionnelle. Tandis que celui qu'ils perçoivent comme un adversaire de l'ordre existant restera toujours pour eux un ennemi, à combattre comme tel, y compris avec des moyens déloyaux.
C'est là bien entendu, leur droit, et c'est même, comme on dit, de bonne guerre. Mais qu'ils cessent donc de déguiser en toute impudence ces prises de position, purement politiciennes, derrière un charabia moralisateur, et qui se pare des plumes d'une prétendue vigilance face à l'antisémitisme.
Cette soi-disant vigilance est d'autant plus insupportable, lorsque ces gens-de-droite, sont juifs, qu'elle s'accompagne de l'appel implicite à leur emboîter le pas, au nom d'une "origine" commune. Mais celles et ceux qui en France ont pu se trouver confrontés à des situations d'antisémitisme BIEN REEL (et qui sont peut-être plus nombreux que le public ne l'imagine) savent ce qu'il leur faut attendre de "fraternité", en ces cas-là...

Écrit par : LN | 03/03/2011

deux poids deux Mazure, dans les médias Français

Écrit par : huile d'argan | 24/09/2011

Les commentaires sont fermés.